,

le Creux de l’enfer - CENTRE D’ART CONTEMPORAIN

Yuri Leiderman

Exposition

du 31 mars 2002 au 2 juin 2002

du 31 mars au 02 juin 2002 Vernissage le samedi 30 mars à 18 heures

Commissariat de Frédéric Bouglé

Né en 1963 à Odessa (Ukraine) Vit et travaille à Moscou

Fonde à Moscou en 1987, avec Sergei Anufriev et Pavel Pepperstein, le groupe “ Inspection Herméneutique Médicale ”. Travaille seul depuis 1990.

Yuri Leiderman est représenté par la galerie Michel Rein à Paris

d’autres infos..

Fonde à Moscou en 1987, avec Sergei Anufriev et Pavel Pepperstein, le groupe “ Inspection Herméneutique Médicale ”. Travaille seul depuis 1990.

L’art pratiqué par Yuri Leiderman participe d’une expérience qui fait apparaître les failles dans la compréhension du monde et du réel, véritable clapet qui s’ouvre du particulier au général, et du non-être à l’être. Ces fêlures entre deux états, entre deux mondes, et dans lesquelles l’artiste s’engouffre volontairement, caractérisent les formes de la pensée causale slave. Il démontre ainsi que les structures mentales et morales sont intimement compromises par les normes et les règles de notre esprit tel qu’il a été éduqué. La tradition étant l’arête dans les plis de notre pensée, la pensée asiatique n’est pas la pensée occidentale, et la réalité orientale n’est pas notre réalité. Nous sommes, avec cet artiste, dans le principe de la “noma russe” (le sens caché de la tradition), un sens que l’artiste décline souvent avec humour, et dans une herméneutique plastique personnelle, et propre à son pays. Ici à Thiers, son projet consistera à réaliser à grande échelle, au rez-de-chaussée, un jeu d’enfant russe qui impliquera une carte imaginaire, des pierres et minéraux géologiques à chercher et à découvrir comme des trésors. À la fois sculpture/installation, peinture, et jeu grandeur humaine, les visiteurs de l’exposition seront invités à participer. Il valide une œuvre qui se présente sur un grand podium figurant la représentation picturale d’un paysage bucolique montagneux d’Auvergne ou du Caucase. Marcher, se déplacer à travers le paysage d’une peinture posée à plat désacralise le tableau. La peinture se prête au décor d’une aire de jeu, elle place le spectateur comme acteur. A travers cette œuvre, la question du regard est remise en question. A l’inverse d’un jeu de damier, chaque case est différente et fragmente le paysage à recomposer par les déplacements de chacun des joueurs. Ce qui constitue notre environnement visuel ordinaire pourra alors être mis en abîme, détourné, repensé, réaménagé...Le titre de l’exposition, “ Le nord contre le sud ”, laisse supposer dans le contexte en question un versant d’interprétation politico-économique : La présence de deux équipes sur un même terrain dont les enjeux sont motivés par des ressources souterraines à puiser et à épuiser tels les gains d’un jeu.

Frédéric Bouglé, février 2002

 
Chercher
 
le Creux de l’enfer - info@creuxdelenfer.net - vallée des usines, 63300, Thiers, Fr, t. 00 33 4 73 80 26 56 - Site MH MarkIV 1.9.2d [11132]